Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma Commune / Vie administrative / Directeur général / Newsletter / Newsletter / Savez-vous que faire en cas d'accident nucléaire ?

Savez-vous que faire en cas d'accident nucléaire ?


06/03/2018

Il y a cinq sites nucléaires en Belgique. Les plus importants sont les centrales nucléaires de Doel et de Tihange. Il y a aussi les sites de Mol, Dessel et Fleurus. Deux centrales nucléaires se situent également à moins de 20 km de nos frontières, à Borssele (Pays-Bas) et Chooz (France).

Le risque d'un accident nucléaire sur l'un de ces sites est faible mais ne peut pas être tout à fait exclu. Il est dès lors important que vous connaissiez aussi le risque nucléaire, les actions des autorités et la bonne manière de vous protéger.

Qu'est-ce que le risque nucléaire ?

Les centrales nucléaires mais aussi le secteur médical et industriel, utilise la radioactivité, par ex. pour la production d'électricité ou d'imagerie médicale. La radioactivité est un phénomène naturel. Notre corps reçoit chaque jour une dose de radiation provenant de la terre et de l'univers. Cependant, une exposition à une dose importante de radiation peut affecter la santé.

Si malgré le vaste système de sécurité, quelque chose tournait mal dans une installation nucléaire, plusieurs procédures et plans d'urgence entrent en vigueur. Ceux-ci doivent faire en sorte que les conséquences de l'incident restent limitées pour l'homme et l'environnement. 

Un rejet radioactif peut, exceptionnellement, se produire dans l'air, l'eau ou en surface. Il y a un risque de contamination (particules radioactives sur la peau ou les vêtements) ou d'irradiation (rayonnement radioactif à distance) en cas de libération de matières radioactives.

Que font les autorités ?

Les autorités et les exploitants des installations nucléaires collaborent pour limiter les risques au minimum. L'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN) contrôle la sécurité des sites nucléaires de manière stricte. Elle contrôle si toutes les conditions de sécurité ont été strictement respectées.

Comme il est impossible d'exclure une situation d'urgence, les autorités, exploitants et services de secours rédigent des plans d'urgence qu'ils testent régulièrement. A l'aide de ces plans et procédures, ils tentent d'avoir aussi rapidement que possible la situation d'urgence sous contrôle et de limiter au maximum l'impact sur la population et l'environnement.  

Que puis-je faire ?

Si un accident nucléaire se produisait quand même, protégez-vous contre la radiation ou la contamination en vous mettant à l’abri.  

  1. Rentrez et restez à l'intérieur
  2. Fermez portes et fenêtres et coupez les systèmes de ventilation.
  3. Écoutez les recommandations des autorités.

Les autorités peuvent aussi conseiller aux riverains d'un site nucléaire, aux jeunes de moins de 18 ans, aux femmes enceintes et aux femmes qui allaitent de prendre des comprimés d'iode.  Il est possible d'aller chercher gratuitement et préventivement des comprimés d'iode chez le pharmacien. Informez-vous sur www.risquenucleaire.be si vous devez aller chercher des comprimés d'iode. 

Cette campagne est une initiative du Centre de Crise, suite à l’actualisation du plan d'urgence nucléaire national.
Vous voulez en savoir plus ? Surfez sur www.risquenucleaire.be

Information sur la prédistribution de comprimés d’iode

Où disponible?

A partir du 6 mars, les boîtes d'iode stable sont mises à disposition via toutes les pharmacies de Belgique.

Pour qui ?

Nous recommandons d'aller chercher des comprimés d'iode:

  • À ceux qui habitent à proximité d’une installation nucléaire.

Il est conseillé à tous les habitants des communes dans une zone de 20 kilomètres autour d’une installation nucléaire (10 km pour IRE Fleurus) d’aller chercher des comprimés d’iode.

Cette recommandation s’applique aussi aux collectivités dans ces zones.

  • Aux moins de 18 ans.

Plus vous êtes jeune, plus vous êtes sensible aux effets de l’iode radioactif. Il est donc conseillé, sur l’ensemble du pays, aux familles ayant des enfants et jeunes jusqu’à 18 ans, ainsi qu’aux femmes enceintes et aux femmes qui allaitent d’aller chercher une boîte de comprimés d’iode. Cette recommandation s’applique aussi à toutes les collectivités de
(petit) enfance (crèches, écoles maternelles, primaires & secondaires).

Cependant, personne ne peut être exclu de cette démarche préventive.

Pour les adultes de plus de 40 ans la prise de comprimés d’iode est moins indiquée. Les comprimés d’iode stable saturent la glande thyroïde, afin de ne plus absorber d’iode radioactif. Chez les personnes de plus de 40 ans, le fonctionnement de la glande thyroïde est souvent perturbé. Cependant, les désavantages de la prise de comprimés (les effets indésirables) peuvent être plus importants que les avantages. Il est recommandé aux adultes de plus de 40 ans de demander conseil à leur médecin.

Comment en obtenir en tant qu'individu / famille ?

Nous demandons aux individus / familles de :

  • Vérifier d’abord s’ils ont encore des comprimés d'iode en tant qu’habitant dans une zone de planification d’urgence nucléaire (date de fabrication 2010). Ils sont encore valables. Il ne faut donc pas aller en chercher de nouveaux.
  • Si non, aller cherchez des comprimés d’iode chez leur pharmacien, munit des cartes d’identité de tous les membres de la famille. Le pharmacien leur remettra une boîte de comprimés pour 4 personnes.

 

Les comprimés d’iode sont gratuits.

Questions ?

Toutes les informations générales sur les comprimés d'iode peuvent être trouvées sur www.risquenucleaire.be
Les citoyens ayant des questions spécifiques sur les comprimés d'iode peuvent contacter leur médecin traitant ou leur pharmacien. Ils sont les mieux placés pour répondre à ces questions et ont déjà reçu les informations par des canaux internes (par exemple des circulaires, des plateformes d'apprentissage en ligne, etc.)