Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Actions sur le document
Vous êtes ici : Accueil / Ma Commune / Vie administrative / Service de l'Urbanisme et de l'Environnement / Actualités / 24/06 - Construction et exploitation de 4 éoliennes sur la plaine de Niverlée : Compte-rendu de la réunion préalable d'information...

24/06 - Construction et exploitation de 4 éoliennes sur la plaine de Niverlée : Compte-rendu de la réunion préalable d'information...

Procès-verbal de la réunion d’information du 12 juin
qui s’est tenue à 19h dans la salle Saint Servais,
rue d’Aremberg à 5680 GIMNEE.

 

Réunion d’information concernant le projet éolien de DOISCHE 
(NIVERLEE) par ELAWAN ENERGY

Président :

  • Pascal JACQUIEZ, Bourgmestre de DOISCHE, 082/21.47.25 – 0486/38.39.92, cGFzY2FsLmphY3F1aWV6QGRvaXNjaGUuYmU=

Modérateur :

  • Pascal FRANCOIS

Bureau d’Etude CSD Ingénieurs :  CSD ingénieurs, bureau d’études agréé, représenté par Julien OTOUL

NEW WIND – ELAWAN ENERGY WALLONIE :

  • Jérôme Dumont, responsable et demandeur de projet,
  • François Henriet, responsable et demandeur du projet

 

Documents utiles :

 

Pascal François

Première chose, je voudrais vous remercier pour votre ponctualité. C'est super, il est 19H tapantes et je propose de ne pas prendre de retard et je voudrais aussi vous remercier de votre présence en salle pour ce qui est, je vous l'accorde, quelque chose de pas très glamour à dire, une RIP, une réunion d'information préalable. Et préalablement à l'introduction d'un permis unique, puisqu'effectivement ce soir un promoteur va vous présenter ce qui est, à ce stade, un avant-projet de parc éolien sur le territoire de votre commune. Je dis avant-projet parce qu'à ce stade de la procédure il est vraisemblable évidemment que les choses puissent changer de manière d'ailleurs parfois assez importante. Le contexte de cette soirée, je m'appelle tout d'abord Pascal François, je suis modérateur et je travaille avec la quasi-totalité des promoteurs éoliens agissant en Belgique francophone. Je suis un ancien journaliste de radio, de télévision et de presse écrite et je passe pas mal de mes soirées dans des cadres comme ceux-ci pour essayer effectivement d'être le liant entre le promoteur, le bureau d'études et la population en salle. Et surtout pour le moment des questions/réponses. Il y aura ce soir la présentation du projet de New Wind Elawan Energy Wallonie donc qui est le demandeur, celui qui vient présenter son avant-projet aujourd'hui et deux orateurs sont à votre disposition c'est François Henriet et Jérôme Dumont, tous les deux représentent l'entreprise et répondront à vos questions tout-à-l‘heure. Présentation de l'étude d'incidence sur l'environnement, ce sera Julien Otoul du bureau CSD Ingénieurs. On s'arrête une seconde sur l'étude d'incidence sur l'environnement. Une soirée comme celle-ci, elle est officielle parce que le législateur wallon l'a voulu et parce que précisément ce soir, on lance l'étude d'incidence sur l'environnement et vous avez 15 jours pour vous exprimer par voie écrite mais vous pouvez déjà le faire évidemment ce soir par le biais de l'expression orale en posant vos questions, je vais y revenir un peu plus tard. Et je dois vous préciser également qu'une soirée comme celle-ci, légalement elle doit être présidée par la commune. La commune a une obligation, c'est permettre au promoteur et au bureau d'étude désigné d'organiser cette soirée légale, voulue par le législateur et donc aujourd'hui se trouvent en salle le Bourgmestre de la localité Pascal Jacquiez qui est donc le président de séance qui vient de lever la main, le bon élève qu'il est. Et puis les questions/réponses. Et je propose que cette soirée, on lui a donné un cadre, elle dure 1H15 montre en main, vous allez voir que le promoteur en a pour 10 minutes, un quart d'heure à présenter son projet et puis l'étude d'incidence sur l'environnement vous sera également détaillée pendant une dizaine de minutes. Et le plus important, c'est de vous entendre dans la foulée. Une soirée comme celle-ci qu'on appelle une RIP, ça sert à quoi? Simplement lever la main et dire je suis contre l'éolien, ça peut vous faire du bien, ça peut être thérapeutique mais ça ne sert pas à grand-chose dans une soirée comme celle-ci. Ce qui compte, c'est de vous entendre, effectivement, émettre des remarques, des suggestions, des questions, des alternatives, des alternatives techniques qui peuvent raisonnablement être étudiées dans le cadre de l'étude d'incidence, ça sert à ça. Vous connaissez bien votre territoire de vie, vous y habitez, vous avez probablement connaissance de situations particulières, c'est le moment de porter tout ça à la connaissance du promoteur et du bureau d'études qu'il a désigné. On dit donc que c'est pour le promoteur l'occasion de présenter son projet. J'insiste, je dirais même avant-projet puisqu'encore une fois il est susceptible de bouger beaucoup, permettre au public de s'informer, d'émettre des observations et des suggestions qui concernent évidemment le projet et puis de mettre en évidence je le répète des points particuliers qui peuvent être abordés dans l'étude d'incidence et présenter des alternatives techniques qui peuvent raisonnablement être envisagées par le demandeur pour qu'il en soit tenu compte dans le cadre de l'étude d'incidence. Voilà donc le contexte de cette soirée. Je ne vais pas être plus long, je vais simplement maintenant vous expliquer que vous avez maintenant, je le disais, l'occasion de prendre la parole ce soir. Mais vous pouvez aussi, je vous invite à le faire, à appuyer vos interventions ce soir en envoyant des courriers aux coordonnées qui se trouvent là, en l'occurrence à la commune et puis une copie au demandeur jusqu'au 28/06, ce sont les 15 jours où vous avez la possibilité de vous exprimer. Voilà donc pour le contexte. Puis il y aura un autre moment important où vous, population, vous aurez l'occasion de vous exprimer pour une deuxième fois, cette fois pour 30 jours, ce sera au moment de l'enquête publique où il y aura toute une série d'avis qui seront collectés, notamment celui de la commune, des organismes concertés et consultés. Voilà donc pour le projet. Le projet ce sont 4 éoliennes sur le territoire de votre commune et je vais sans plus tarder passer la parole à Jérôme Dumont de la société Elawan pour vous présenter ce projet.

Jérôme Dumont

Bonsoir Messieurs, Dames, je m'appelle Jérôme Dumont, je travaille pour Elawan Energy Wallonie depuis un peu moins d'un an. Je ne vais pas m'éterniser là-dessus mais j'ai travaillé pendant 7 ans dans les éoliennes, je veux dire dedans tout en haut, à différentes fonctions. Depuis un peu moins d'un an maintenant, je participe aux activités d'Elawan Energy en tant que développeur de projets donc je participe au développement de projets éoliens. C'est une autre facette du métier. New Wind et Elawan Energy Wallonie, on peut dire que ça forme une seule et même entité. Administrativement, ce sont deux sociétés distinctes mais ce sont les mêmes personnes, c'est chapeauté par la même société. Nous sommes développeurs et gestionnaires de parcs en Belgique depuis 2018. New Wind a rejoint Elawan Energy Wallonie en 2018. Nous avons actuellement en exploitation 4 sites dont Feluy, Vernies, c'est près de Beaumont, Hannut qui est actuellement en fin de construction, on vient d'ériger la dernière éolienne hier en soirée et Salazinnes dont le permis de construction a été octroyé et qui sera bientôt mis en œuvre, probablement dès le début 2020. Et nous avons actuellement 5 projets qui ont été déposés, notamment à Couvin, à Glabais, Renlies, Glons et Merbes. Des projets en fonction des terrains disponibles, il y a plus ou moins de machines. Ça représente en tout à peu près 32 machines soit 102 MW en projet de développement, pour des projets qui ont été déposés. Nous sommes une filiale de Elawan Energy, la société mère est une société espagnole qui provient d'un groupe sidérurgique qui s'est lancé dans l'installation d'éoliennes et dont nous sommes la filiale. Le projet qui nous concerne ici il est situé sur la commune de Doische. Il concerne 4 éoliennes d'une hauteur maximum de 150m. Nous projetons un raccordement au poste électrique de Romedenne qui se trouve à peu près à une distance de 7 km. Nous avons un recul par rapport aux habitations de toute façon qui respecte le cadre légal. Il y a des distances à respecter par rapport aux habitations isolées, par rapport à l'habitat groupé si je puis dire et on se retrouve parfois à des distances allant jusqu'à 900m des habitations. On vous expliquera encore un peu plus loin dans l'étude de CSD, dans l'étude d'incidence, implanter des éoliennes, ça doit respecter un cadre légal de toute façon donc on ne peut pas vous mettre une éolienne au fond de votre jardin, on ne peut pas dépasser certaines normes de bruit, il y a des contraintes qu'il faut respecter, tout ça est défini par un cadre légal. Les caractéristiques des éoliennes que nous projetons d'implanter, puisque nous n'avons pas encore déposé de permis, nous sommes au tout début, en train de construire ce projet. Une hauteur maximum de 150 mètres, c'est hauteur en bout de pale donc quand une pale se trouve à midi. Avec une puissance envisagée de 3,2 à 3,9 MW. La puissance, elle dépend des diamètres des rotors essentiellement, des diamètres des pales. Ce sont des éoliennes à axe horizontal comme celles qu'on peut voir sur les photos qui sont ici. Et au pied de ces éoliennes, il y a bien souvent une plateforme de montage qui, en fonction des sites, peuvent rester en place ou être démontés. La plateforme de montage qui fait de l'ordre de 20 sur 40 m². C'est une plateforme en empierrement. On a une petite vue aérienne ici mais comme on n’y voit pas de villages, ça va peut-être être un peu difficile de vous situer mais les 4 éoliennes projetées se trouvent dans un axe nord sud, dans le couloir qu'on voit ici. Ici on est censé voir dans la ligne pointillée noire on voit le périmètre de garde par rapport aux habitations. Et ici on y voit tout en bas au sud, on voit le point de raccordement au parc éolien et en allant vers le nord, on va sur la cabine de raccordement sur un poste de raccordement en haute tension à Romedenne. Donc c'est le trajet que devrait suivre une ligne électrique sous-terraine pour pouvoir être raccordée à un poste de raccordement haute tension. Les conditions préalables à un dépôt de permis, il faut de toute façon faire une analyse du potentiel énergétique du site. Si évidemment il s'avère que les vents sont très faibles, pas de puissance suffisante ou bien ce n'est pas intéressant de venir placer des éoliennes, il faut que nous puissions avoir une étude de vents. Pour cela, nous avons fait placer, il est déjà placé, un mât de mesure qui notamment étudie la puissance, la vitesse et les directions du vent. Ceci permet de caractériser le potentiel venteux du site de façon précise. Et ce mât est équipé, on en reviendra dans l'étude d'incidence, ce mât peut être équipé d'autres appareillages pour faire des analyses sur la présence de faune particulière. Nous devons encore aussi identifier les points de raccordement possible. On projette premièrement de se raccorder à un poste à Romedenne. Cette situation pourrait encore changer. Il faut pour cela que nous nous informions auprès des fournisseurs de réseaux. La validation du foncier Monsieur Henriet peut-être pourra vous en parler. Les avis techniques de certaines autorités ou administrations, ça concerne tout ce qui se trouve niveau contraintes. On a par exemple la base aérienne de Florennes qui est à proximité qui aura donc, la Défense, a son avis à donner. On pourrait avoir des lignes à haute tension. Le gestionnaire de lignes à haute tension à proximité pourrait avoir à se prononcer sur le bien fondé de placer des éoliennes à cet endroit ou pas. Je ne pense pas que ce soit le cas mais ça pourrait être des pipelines, ça pourrait être que sais-je, les faisceaux hertziens, les transmissions de la RTBF par exemple ou les antennes GSM. Les positions que nous avons arrêtées aujourd'hui dans notre projet sont susceptibles d'être déplacées en fonction de contraintes de plusieurs gestionnaires qui sont présents sur site. Et nous sommes tenus également, et c'est très bien d'ailleurs, de faire réaliser une étude d'incidence sur l'environnement. L'environnement on vous en parlera plus en détails, ce ne sont pas que des petites bêtes qui vont vivre à côté des éoliennes c'est aussi vous, vous faites partie de l'environnement. Et j'en fais partie aussi. Donc cette étude d'incidence va tâcher d'arrêter, de mettre en avant quelles contraintes ces éoliennes peuvent poser sur l'environnement voisin et comment on peut faire pour les limiter, les éviter ou les atténuer. Le but de cette réunion ce soir c'est que nous avons besoin de vos connaissances de terrain quelque part, vous êtes les personnes qui habitez ici. Et donc vous pouvez formuler toutes les remarques qui, de préférence sont objectives, qui permettraient de mettre en évidence une contrainte dont nous n'aurions pas vu l'existence ou dont nous n'aurions pas tenu compte. Ça peut être, Monsieur du bureau d'étude vous l'expliquera peut-être plus en détails, ça peut être des caractéristiques particulières de la géologie du sol, de présence de faune particulière, de zones protégées, d'habitation assez proche du projet que nous n'aurions pas vu, ça peut être toutes des choses de cet ordre qui sont objectives et qu'on peut prendre en compte dans l'étude d'incidence. Toutes ces observations dont vous pourriez avoir connaissance sont à adresser à l'administration communale de Doische dont l'adresse est reprise ici et dont vous retrouvez les coordonnées à l'arrière du feuillet que vous avez pu prendre à l'entrée. D'un côté vous avez une petite carte avec l'implantation du projet comme imaginé et à l'arrière vous avez les coordonnées de l'administration communale et les coordonnées de New Wind à Namur donc à Loyers. Donc envoyez une copie aux deux organisations, la commune et l'entreprise New Wind et nous acterons vos remarques à l'étude d'incidence et au PV. Ici on a une vue globale du projet imaginé. Vous avez sur le côté Est, vous avez Niverlée, donc les premières habitations qu'on voit sur le côté droit entouré en rouge c'est Niverlée, et vous avez Romedenne qui se trouve au Nord, qui se trouve ici, hors carte. Vous avez Romerée qui se trouve juste ici, juste au-dessus de la carte en fait. Et vous avez Niverlée qui se trouve ici sur le côté. C

A vous permet de situer un peu mieux l'implantation des éoliennes imaginées. Je vais maintenant céder la parole au bureau d'étude qui va vous présenter l'objet du travail qu'ils vont réaliser.

Pascal François

Je rappelle effectivement qu'on lance officiellement l'étude d'incidence sur l'environnement et la personne qui va prendre la parole pour le bureau d'étude CSD, c'est Julien Otoul, qui est ingénieur chef de projet.

Julien Otoul

Bonsoir à toutes et à tous. Désolé, je vois que j'ai mis un "s" à Niverlée, au temps pour moi. Ne m'en voulez pas s'il y a une faute de frappe. Voilà ça commence mal mais voilà. Julien Otoul, chef de projet éolien chez CSD Ingénieurs depuis déjà plusieurs années. Je vais vous présenter quel est le contenu d'une étude d'incidence et pourquoi on réalise une étude d'incidence sur l'environnement. Tout d'abord, on réalise une étude d'incidence sur l'environnement simplement parce que c'est imposé par la législation. C'est imposé dès qu'un projet a une puissance totale supérieure à 3MW. Evidemment, c'est le cas ici. Et donc cette procédure est régie d'une part par le code de l'environnement et d'autre part par le code du développement territorial, le CoDT, qui est en vigueur depuis juin 2017. L'étude d'incidence, il faut bien comprendre que c'est une annexe à la demande de permis unique qui sera déposé par le demandeur à la commune de Doische. Une étude d'incidence c'est également un outil qui est réalisé à plusieurs égards. C'est un outil d'orientation pour le demandeur puisque sur base des résultats de l'étude d'incidence et des différentes contraintes le demandeur va peut-être modifier son projet. C'est également un outil d'aide à la décision pour les autorités puisque c'est notamment sur base de l'étude d'incidence que les autorités vont délivrer ou non le permis. Et puis c'est un outil d'information pour vous puisque quand le permis sera déposé à la commune, vous pourrez consulter l'étude d'incidence et donc voir les différents impacts qu'on a relevé ici pour ce projet. Cette étude elle doit être réalisée par un bureau d'étude agréé donc ça veut dire qu'il y a trois grandes caractéristiques, c'est-à-dire qu'il est indépendant par rapport au développeur, qu'il a les compétences nécessaires donc on a toute une série d'experts, évidemment je ne travaille pas tout seul sur l'étude d'incidence, et puis qui a l'expérience nécessaire pour réaliser ce genre d'étude. On a déjà fait plus d'une cinquantaine voire centaine d'études d'incidence dans l'éolien en Wallonie. C'est pourquoi ici, le développeur a choisi CSD Ingénieurs. En deux mots, je vais présenter la société. Nous sommes une équipe de plus de 700 personnes principalement en Suisse mais donc il y a des filiales qui sont basées en Belgique à Namur, à Bruxelles et à Liège. En Belgique, on engage plus de 80 personnes, ça a un peu augmenté par rapport au slide et on a plus de 25 années d'expérience également dans le domaine. Nous sommes également actifs dans toute une série d'autres thématiques de l'environnement, tout ce qui est dépollution des sols, les études de mobilité, les études aussi liées à des grands projets immobiliers. On est une équipe vraiment pluridisciplinaire dans différentes thématiques de l'environnement. La réunion de ce soir, elle a plusieurs objectifs. D'une part, elle a l'objet de présenter le projet pour le développeur, ce que le développeur vient de faire. Et puis d'autre part pour vous, ça vous permet de vous informer évidemment par rapport à la localisation du projet. Mais ça va vous permettre aussi de nous donner par exemple, si vous avez une suggestion d'alternative, par exemple si vous pensez que le projet serait mieux placé à un autre endroit que où il est maintenant, n'hésitez pas à le dire après à la séance questions/réponses, et également ça permet aussi éventuellement si vous avez des informations sur le terrain, par exemple vous connaissez la présence d'un nid de milan royal à proximité du projet ou bien vous connaissez des espèces très rares au niveau de la flore qui sont situées au niveau du site, tout ce genre d'éléments, ça nous intéresse pour en fait compléter le contenu standard de l'étude d'incidence. Une étude d'incidence ça commence aujourd'hui avec la réunion d'information du public. Vous avez ici l'occasion pendant les 15 jours à venir de faire vos observations et vos suggestions sur le projet. Et puis nous on entame l'étude d'incidence. L'étude d'incidence c'est composé de différents éléments. D'une part, on présente l'avant-projet. L'avant-projet c'est celui qui vous est présenté ce soir. Il est susceptible d'être modifié avec évidemment tous les éléments dont on va avoir connaissance. Puis on va analyser la situation existante. Actuellement sur le site comment est le site? Est-ce qu'il est riche biologiquement? Est-ce qu'il y a des habitations proches? Est-ce qu'il y a des faisceaux hertziens à proximité? Tous ces éléments-là sont présentés. Ensuite, on évalue l'effet du projet sur l'environnement. Quand on vient implanter des éoliennes, qu'est-ce que ça va impliquer comme effet positif/négatif sur l'environnement. Il y a toute une série de thématiques qui sont abordées dont les quatre principales sont vous, l'environnement humain, avec les thématiques du bruit, de l'ombre portée et aussi du paysage et du patrimoine. Puis ensuite il y a aussi un volet important qui est le milieu biologique, ici dans ce cadre. Je vais aborder ces quatre thématiques un peu plus tard pour vous informer un peu plus sur ces quatre thématiques principales. Ensuite, on évalue également les alternatives qui sont possibles pour le projet. Et ensuite on propose des mesures pour éviter, réduire ou compenser les incidences négatives du projet sur l'environnement. Ici j'ai pris un projet quelconque, évidemment il ne s'agit pas du projet de ce soir. Je vais aborder les quatre grandes thématiques. On va commencer ici par le milieu biologique. Il faut savoir que dans le cadre d'un projet éolien, on va faire toute une série de relevés biologiques durant une année complète. Parce qu'évidemment si on vient en hiver, on ne va pas avoir les mêmes espèces que si on vient en été ou au printemps. Donc on fait, pendant une année complète, des relevés biologiques des oiseaux nicheurs, des oiseaux hivernants, des oiseaux en migration. Mais également par exemple de tout ce qui est chauves-souris. C'est aussi pour ça que vous avez vu qu'il y avait un mât qui avait été implanté. Si vous voulez, à différentes hauteurs on va placer des micros pour enregistrer les ultrasons des chauves-souris et avoir une idée de l'activité biologique qu'il y a sur le site en question. On va également faire des relevés habitat et faire ce genre de carte pour présenter les habitats qui sont sur le site du projet et avoir une bonne évaluation des incidences du projet sur le milieu biologique. On réalise aussi ce genre de carte pour le paysage et le patrimoine. En fait cette carte elle présente les zones à partir desquelles le projet éolien sera visible. Les zones en jaune ce sont les zones à partir desquelles le projet éolien sera visible. Les zones en gris sont celles à partir desquelles le projet ne sera pas visible. Ces modélisations elles nous permettent d'avoir un regard critique sur la visibilité du projet depuis les villages qui sont proches du projet. Ces modélisations sont faites sur base du relief et des zones forestières et donc elles sont relativement maximalistes puisqu'elles ne tiennent pas compte du bâti. Ensuite, toujours concernant le paysage et le patrimoine, on fait ce qu'on appelle un inventaire du patrimoine qui est existant sur le site du projet. Dans un rayon d'environ 5 km on va aller regarder quels sont les éléments classés du patrimoine de Wallonie, éventuellement les éléments exceptionnels, voir s'il y a des périmètres d'intérêt paysager adesa, s'il y a des vues et des points de vue et des lignes remarquables. Par exemple, s'il y a un parc naturel proche, je pense notamment à Viroinval, on va notamment aller le consulter et prendre connaissance des différents éléments qui sont liés à ce parc naturel. On va vraiment évaluer la qualité paysagère et patrimoniale du site du projet. Et enfin, pour nous aider, pour bien modéliser et avoir une représentation du projet, on fait ce qu'on appelle un photomontage donc à environ 20 endroits autour du projet, notamment à Niverlée par exemple ou bien ici à Gimnée, on va aller faire des photos pour modéliser théoriquement le parc. Qu'est-ce que le parc va donner depuis environ 20 points de vue dans la région? Comme ça, vous aurez aussi une bonne idée de l'impact visuel que ça pourrait engendrer. La troisième thématique c'est l'environnement sonore. On va aller sur site pour mesurer l'ambiance sonore actuelle du site. Evidemment ici on est dans une zone très très calme donc je m'attends évidemment même en journée à avoir des niveaux sonores très peu élevés. Et pour ça en fait on utilise ce qu'on appelle un sonomètre pour mesurer pendant environ une semaine l'ambiance sonore du site en situation existante sans les éoliennes. Ensuite, on va faire des modélisations acoustiques théoriques. Vous voyez ici par exemple c'est une représentation. Les éoliennes elles émettent environ entre 100 et 110 décibels à l'émission et donc au fur et à mesure qu'on s'éloigne de ces éoliennes, on va atteindre certains niveaux et le développeur doit respecter des valeurs limites règlementaires qui sont données par les conditions sectorielles et les conditions générales. Si par exemple au niveau des premières habitations, on dépasse 40 décibels la nuit, on va proposer un bridage acoustique c'est-à-dire on va simplement limiter la vitesse de rotation des pales pour diminuer le bruit et pour que le développeur puisse respecter les valeurs limites règlementaires qui sont imposées par la législation. On recommande toujours un suivi acoustique du parc post implantation. ça permet, si le parc est autorisé, de vérifier que le développeur met bien en place les bridages nécessaires s'il  y en a qui sont imposés pour vérifier qu'il a bien suivi les conditions du permis et qu'il ne fait pas tourner les éoliennes trop vite. La quatrième thématique c'est l'ombre portée, c'est le phénomène que vous voyez ici sur l'image. C'est vraiment le fait que l'éolienne est située entre le soleil et une habitation. Et vous avez parfois ce phénomène de jour/nuit, si vous avez par exemple une véranda ou une grande baie vitrée qui donne directement sur le projet. On va faire également des modélisations théoriques qui vont permettre pendant une année complète de voir à quel endroit on pourrait avoir ce genre de phénomène. Et c'est toujours des modélisations qui sont maximalistes dans le sens où on considère que le soleil brille toute l'année alors qu'on sait très bien qu'en Belgique ce n'est pas le cas. Et également que les éoliennes fonctionnent également toute l'année, ce qui n'est pas le cas non plus en Belgique. Si on voit que les modélisations au niveau de certaines habitations dépassent les valeurs limites réglementaires, qui sont de 30 heures par an et de 30 minutes par jour, on va proposer ce qu'on appelle un module d'arrêt. C'est-à-dire que dès que le quota est atteint, l'éolienne va être coupée pour éviter d'avoir des impacts sur ces habitations qui sont concernées par l'effet stroboscopique. Voilà ici on a la dernière slide, aujourd'hui on est à la réunion d'information du public, on a les observations, les suggestions dans un délai de 15 jours que vous pourrez donner. Ensuite nous on réalise l'étude d'incidence et puis on va intégrer certaines recommandations que le développeur va devoir suivre. Ensuite, le demandeur va déposer la demande de permis unique à la commune. Evidemment le projet déposé peut varier du projet qui vous est présenté ce soir en fonction des différentes contraintes. Ensuite, il y aura une deuxième enquête publique avec l'instruction administrative du dossier. Et là vous aurez pour la deuxième fois l'occasion de vous exprimer par écrit. Vous aurez un délai de 30 jours. Vous pourrez également consulter l'étude d'incidence sur l'environnement. Et enfin, l'autorité compétente, les fonctionnaires technique et délégué vont délivrer ou non le permis. Il faut savoir que nous, on est un bureau d'étude agréé et en fait on peut perdre notre agrément. C'est pour ça qu'il y a certaines instances qui sont consultées. Si elles jugent que la qualité des études ne sont pas suffisantes on pourrait perdre notre agrément. Il faut savoir aussi qu'on a un contrôle du fait qu'on soit un bureau d'étude agréé. Je vais maintenant passer la parole au modérateur pour la suite.

Pascal François

Merci Monsieur Otoul, c’est parti, c’est à vous pendant 40-45min pour le temps des questions réponses, si vous venez de nous rejoindre, si vous nous rejoignez en cours de route, c’est l’occasion de rappeler que l’on attend de vous aujourd’hui que vous posiez des questions évidemment mais surtout que vous puissiez, puisque l’on enregistre les débats en vue pour pouvoir fournir un procès-verbal, si vous prenez la parole même plusieurs fois, donnez à chaque fois votre nom, votre prénom pour que l’on puisse consigner tout ça dans les formes dans le procès-verbal de cette soirée. Voilà j’espère que tout va bien se passer, n’hésitez pas à poser toutes vos questions, émettre vos remarques, vos suggestions, proposer des alternatives pourquoi pas, c’est à ça que sert ce genre de soirée d’information préalable. Qui souhaite prendre la parole ? Ce n’est jamais arrivé que personne ne parle, je vous rassure mais on veut bien mais ça ne serait pas très constructif. Bonsoir Mme, votre nom prénom ?

Geneviève Bruyndockx

Bonsoir, Geneviève de Vodelée, en fait je pars du fait que le projet aboutirait et se ferait, donc quand je vois les recommandations qui sont faites par le bureau, qu’est-ce que l’on a comme garantie que les recommandations seront suivies ?

Pascal François

Effectivement, partons du principe que le parc fonctionne avec ces 4 machines d’une hauteur de 150m qui sont à plein régime, qu’est-ce qui fait qu’on peut être assuré qu’il fonctionne dans les normes, dans les formes, dans le respect des règlementations ?

Julien Otoul

Oui en effet c’est une bonne question, en fait, le demandeur s’il ne veut pas suivre nos recommandations est obligé de justifié dans la demande de permit unique pourquoi il ne la suit pas. Alors évidemment s’il ne la suit pas il y a toute une, euh, toutes des incidences négatives et donc probablement des refus de différentes instances si il ne suit pas les recommandations mais en théorie donc, je travaille chez CSD depuis 2013, ça n’est jamais arrivé de voir qu’un développeur refusait une recommandation d’un bureau d’étude.

Pascal François

Il a plutôt intérêt s’il veut voir cheminer son dossier de manière positive de toute manière, et puis il y a aussi ultérieurement et c’est peut-être important de le préciser, la police de l’environnement qui peut être amenée à intervenir sur base de plainte et ça arrive rarement mais ça peut arriver effectivement. Autres questions, remarques, suggestions ? oui…

Kévin Preillon

Bonsoir, Kévin Preillon, pourquoi vous proposez un raccordement électrique au niveau Romedenne et pas de la cabine haute tension Niverlée ?

Jérôme Dumont

Tout simplement parce que la puissance produite, est trop importante pour la seule station de Niverlée.

Kévin Preillon

Ok, merci.

Pascal François

C’est un spécialiste de la question qui parlait, c’est ça ? Il est dans le domaine, ok. Madame…

Sandrine Hasquin

Sandrine Hasquin Niverlée, vous avez commencé déjà votre étude sur l’environnement puisque qu’on parle d’une année complète, est ce qu’elle est commencée et jusqu’à quand, comme ça on saura plus ou moins, puisque le projet est, ne peut pas aboutir tant que le, l’enquête n’a pas été faites je présume?

Julien Otoul

Oui tout à fait, en effet, les relevés biologiques, ils ont lieu sur une année complète, donc ici, je ne sais plus si les relevés hivernaux ont déjà commencé mais je pense que oui, il faut savoir qu’ici en mars on débute avec les relevés, tout ce qui est euh, milan , euh éventuellement civelle noire, pour vérifier si il y a de la nidification sur le site du projet ou pas, ensuite on a les relevés nicheurs qui sont fait entre avril et juillet, puis après il y a tout ce qui est migration, et puis hivernant. Donc je pense que les relevés hivernants ont déjà été faits aussi sur ce site, donc au plus tard ici les relevés biologiques se terminent en novembre 2019. Et donc éventuellement du coup, euh, un dépôt de permis pour 2020, début 2020, ou quelque chose comme ça quoi.

Pascal François

On a expliqué qu’il y avait déjà un mat de mesure qui était érigé je pense, aussi sur le site ?

Julien Otoul

Oui tout à fait, ça permet de mesurer l’activité des chauves-souris, et donc le mat est placé en tout cas pour mesurer l’activité des chauves-souris jusque novembre 2019.

Pascal François

Monsieur vous êtes tout seul dans le fond mais vous pouvez venir nous rejoindre il y a des chaises devant, non ? Ok, très bien.

Denis Bertrand

Denis Bertrand, Mazée, voilà j’ai une question, moi j’aimerais savoir quelle est la durée de vie d’une éolienne et ce qu’on en fait une fois qu’elle arrive en fin de vie ?

Jérôme Dumont

La durée de vie c’est difficile à dire, bien que par expérience, je pourrais un peu en parler mais c’est pas forcément représentatif, par compte on peut parler de permis d’exploitation, où les permis d’exploitation actuels sont délivrés pour 20 ans et même avec une extension à 30 ans, on appelle ça des permis uniques donc c’est le permis qui permet de construire et d’exploiter l’installation, donc à priori dans 30 ans, si les éoliennes étaient construites, dans 30 ans elles seraient démontées et alors les permis imposent évidemment également le démantèlement complet et donc on parle également du démantèlement des fondations et des câblages électriques.

Pascal François

Ok, euh peut-être bien rappelé que l’on demande un permis unique pour effectivement pour une période de 30 ans pas défaut maintenant je pense que c’est affectivement la durée, on est passé de 20 à 30 ans et il existe des dispositions légales qui sont imposées à chaque promoteur en cas de démantèlement, vous pouvez peut-être les rappelé, Monsieur Otoul.

Julien Otoul

Oui notamment, il y a une garantie bancaire qui est imposée donc euh pour chaque éolienne le demandeur doit mettre entre 80 et 120 milles euros donc par éolienne, pour garantir au cas où la société fait faillite, que la région Wallonne puisse démanteler les éoliennes et donc actuellement il y a une imposition de démonter les fondations des éoliennes, pour le moment elle est légale jusque 2m dans le sol. Donc il faut savoir que la fondation d‘une éolienne peut aller jusqu’à 3m dans le sol, après c’est extrêmement difficile de n’enlever que la fondation jusque 2m parce qu’évidemment il y a tout une série de béton, enfin c’est du béton armé, qu’il y a toute une série de barres métalliques qui sont dans la fondation, donc euh voilà mais théoriquement le développeur peut l’enlever jusqu’à 2m.

Pascal François

On commence à voir apparaître aussi et je dis ça pour toutes les personnes qui ne connaitraient pas l’éolien au-delà d’un certain seuil, on commence à voir arriver maintenant, des RIP, des soirées comme celle-ci, pour justement démanteler certain parc et remembrer donc ôter des machines d’une certaine hauteur et les remplacer par des nouvelles 150-180, même 250m parfois, donc on commence à voir arriver des machines qui ne sont pas nécessairement en fin de vie mais qui sont remplacées.

?

Est-ce qu’une éolienne qui arrive en fin de vie est recyclable ?

Pascal François

Oui c’est une bonne question, qu’est-ce qu’on fait ou plus globalement aujourd’hui, d’une éolienne en fin de vie ?

Julien Otoul

Au niveau du pourcentage, je dirais qu’une éolienne est constituée certainement de l’ordre de 80% d’acier, 5 à 10% de cuivre et encore, donc tout ça sont des produits recyclables, il reste toujours les questions des pâles en fibre de verre et parfois des nacelles, ça représentent quand même des quantités, je vais pas dire infimes mais nettement plus faibles que ce que représentent les tours génératrices et des choses comme ça, oui mais oui une très très grande partie est recyclable.

Pascal François

Et quand ce n’est pas le cas, les éoliennes sont parfois revendues à l’étranger pour vivre une deuxième vie.

Julien Otoul

Oui même des pâles si elles ne sont pas recyclées, peuvent être, si on parle, par recyclage si on entend destruction pour refabriquer une autre produit, si une pâle n’est pas recyclable sous ces conditions-là, elle peut-être recyclable dans le cadre d’un renouvellement donc d’une réparation, parce qu’en fait voilà il apparaît sur les pâles de l’érosion, il y a des choses qui dégradent les qualités de surfaces, qui peuvent parfois même perforer les pâles, des réparations peuvent intervenir sur la machine même ou au sol ou en entreprise et donner une seconde vie à ce genre de produit.

Jean Xhauflaire

Euh je voudrais savoir pourquoi vous avez choisi cet endroit et pas un autre, par exemple, au-dessus des bois ou….

Pascal François 

C’est une bonne question à laquelle on s’attendait mais pourquoi cet endroit-là, voilà s’il fallait donner les quelques axes de force qui fait que vous êtes tombé là et pas ailleurs ?

Jérôme Dumont

C’est un site qui avait déjà été visité il y a quelques années et qui avait été soumis à une contrainte de la force aérienne à l’époque, donc aujourd’hui ils ont fortement assoupli les contraintes locales par rapport au radar de Florennes et dans la région on considère que c’est un bon site point de vue de la production du vent et qui apporte le moins de contraintes sur du voisinage donc voilà ce qui nous a amené dans cette zone-là. Si vous vous rappeler en 2008 je crois 2008 ou 2009 on avait proposé un projet avec, de mémoire je crois 7 ou 8 machines mais à l’époque nous étions avec des machines d’une puissance de 1 MW, on pensait 2 MW éventuellement, aujourd’hui on est revenu avec 4 machines donc c’est nettement moins et au niveau de la puissance on est resté au même niveau. Une puissance qui est limitée, ici il faut préciser peut-être que certains sont au courant, on a une puissance d’injection qui est limitée à la sous station de Rommedenne, au départ on parlait de 17 à 20 MW, aujourd’hui l’arrivée des panneaux solaires ont pris un peu de puissance donc on restera avec les 14-16 MW.

Michel Dath

Bonsoir Michel Dath de Niverlée, je voudrais savoir si pour la construction et ensuite l’exploitation des éoliennes, quelle voirie vous allez devoir créer dans les champs, que nous connaissons tous bien ici, et quel sort va être destiné à ces voiries après la construction ou pendant l’exploitation donc pendant les 20 ou 30 ans que vous annoncez ?

Pascal François

Si je ne m’abuse, c’est un point qui est abordé par l’étude d’incidence également, ce sont les voiries empruntées pour le chantier mais il arrive parfois dans certains projets qu’on sache déjà à peu près où passer, est ce que c’est le cas dans le cadre de ce projet ou c’est encore à définir dans le cadre de l’étude d’incidence ?

Jérôme Dumont

Oui, je dirai que la première approche que nous avons validée, c’est de venir par la grand route, entrer dans Romerée et remonter par le cimetière, ça nous amène sur le site et de là rentrer sur chaque parcelle privée en créant un chemin temporaire ou définitif en fonction des emplacements. Notre souci c’est nous mettre le plus près possible des chemins du remembrement pour éviter une pénétration trop importante dans le territoire agricole et limiter les coûts également. Mais de toute manière ce qui est fait comme accès à l’intérieur d’une terre reste pendant toute la durée de vie du parc, donc c’est un accès d’environ 4m50 de largeur sur une profondeur de 40 avec tous les traitements, une fibre d’abord et puis ensuite la pierraille et voilà c’est un chemin qui reste pendant toute la durée de vie et en fin de vie il fait partie du démontage complet du site.

Pascal François

Donc ça c’est l’hypothèse que vous projetez aujourd’hui mais qui doit être confrontée à l’étude d’incidence sur l’environnement, on est d’accord. Oui voilà…. Bon ok. Monsieur Otoul.

Julien Otoul

Oui peut-être simplement ajouter que évidement ces tracés, ces voiries, on va faire des relevés notamment habitat pour vérifier qu’il n’y a pas d’espèces sensibles au niveau des accès, on sait bien que la régions est riche en espèces et notamment en orchidées, je crois qu’il y a une réserve naturelle plus Natura 2000, à proximité de la zone donc tout cela devra être étudié le but évidemment c’est de faire les accès les plus courts possible pour éviter de prendre des terres agricoles inutiles et donc de vraiment minimiser les impacts sur l’environnement donc.

Pascal François

Ok, merci Monsieur, oui Madame…

Pascal Sandrine

Pascal Sandrine, si dans 5-10 ans vous décidez de changer les éoliennes et d’en mettre des plus grandes ou des plus petites, quelles sont vos obligations par rapport à la population ?

Pascal François

Peut-être préciser qu’en Belgique francophone et en Wallonie, les contraintes sont extrêmement importantes pour un promoteur, je ne suis pas certain que le promoteur si il obtiens un permis d’exploitation pour 30 ans, ait envie de démembrer après seulement 5-10 ans… mais imaginons cette hypothèse, que vous puissiez ou que vous vouliez démembrer pour faire plus haut, plus puissant, c’est possible ? C’est une hypothèse ?

Jérôme Dumont

De toute façon, il y a le côté financier d’une part, qui, enfin c’est pas raisonnable de changer de type de machine après 10 ans mais outre ça de toute façon le permis, si permis est délivré, il est délivré pour un projet en particulier avec un type de machine situé à tel endroit, si on décide de bouger de 10m ou de 20 m ça ne correspond plus au permis qui est délivré, si on décide de mettre une machine plus grande que ce qui n’a été autorisé, ça ne correspond plus au permis, je vais prendre un exemple si vous solliciter un permis de bâtir pour votre maison et que vous décidez de construire, enfin que vous avez l’autorisation de construire une maison de 100m², vous en pouvez pas en construire une de 200m².

Pascal François

Il faut aussi se rendre compte qu’en Wallonie sur le territoire de la province de Namur, singulièrement il y a pas mal d’éolienne du côté de Fernelmont et ailleurs, dès que l’on en ajoute une, c’est une nouvelle demande, une nouvelle soirée, une nouvelle consultation, une nouvelle enquête publique, une nouvelle enquête d’incidence, enfin tout change quoi, et ne fusse que changer l’une au profit d’une autre, c’est un nouveau projet qui nécessite que l’on repasse devant tout le parcours juridique et légale qui est en Wallonie singulièrement très contraignant par rapport à la Flandre.

D’autres,… oui

Benoit Minet

On parle de 16 MW, qu’est-ce que ça veut dire 16 MW, ça veut dire que les éoliennes peuvent produire 16 MW/heure quand elles tournent au max ?

Julien Otoul

16 Mwatt c’est une puissance nominale, donc si on part de 4 machines c’est 4 machines qui ont une puissance nominale de 4 Mwatt, ce qui veut dire que quand le vent souffle à plein tube, enfin plein tube pour une éolienne, plein tube on appelle ça le vent à puissance nominale, le vent à puissance nominale il est de l’ordre de 12m/sec enfin ça représente quelque chose comme 35 km/H de vent, à partir de 35km/H de vent la machine peut tourner à sa puissance nominale. On n’a pas 365 jours par an de 35 km/H de vent. Même à 100m d’altitude.

Benoit Minet

Donc ça va produire combien 30% du temps 40%, 50, 20 ?

Julien Otoul

Non on est plus dans l’ordre de 30%, il faut savoir qu’en terme de MWh, on est par éolienne entre 5000 et 7000 MWh par an. Pour vous donner une idée de production, ça peut aller jusqu’à 8000 mais pour des éoliennes de 150m de hauteur totale, on est plutôt entre 5000 et 7500 MWh par an.

Une éolienne se met en route à partir d’une vitesse de vent de 3m/sec, 3m/sec c’est 10-12 km/h de vent. Et on est à puissance nominale à 35 et on peut produire jusqu’à à peu près 90 km/h de vent ensuite ça va en réduisant jusqu’à s’éteindre parce que on ne peut pas produire avec des vents de 150 km/h c’est dangereux pour l’installation.

Pascal François

Merci pour cet échange, d’autres questions, remarques,… ? Oui…

Robert Willem

Willem Robert, Niverlée, le projet qui nous concerne ici comporte 4 éoliennes, est-ce qu’il serait envisageable de parler d’extension si le projet était vraiment rentable ?

Pascal François

Bonne question, est-ce le projet que vous présentez là, ces 4 et il n’est pas impossible pour plein de raisons d’en faire plus ou est-ce qu’il est possible de maximaliser le site avec une extension ultérieure

Jérôme Dumont

Non si nous revenons à la présentation de 2009, les contraintes par rapport à la zone d’habitat était de 350 ou 400m et depuis quelques années elles sont passées à 600. Donc ça nous a déjà repris du territoire, alors ensuite nous avons quand même des contraintes au niveau faune flore et vous avez également la contrainte de la sous station de Romedenne. Donc aujourd’hui on peut dire que la configuration qui est faites, elle est maximalisée.

Pascal François

Donc vous pouvez vous engager verbalement, formellement dans le procès-verbal à dire que vous ne reviendrez pas avec des machines supplémentaires.

Jérôme Dumont

Non Non,…

Pascal François

Donc…

Julien Otoul

Ce qui est important de souligner aussi c’est que dans l’étude d’incidence on fait l’exercice de voir si c’est possible de mettre une extension. Parce que, il faut quand même bien se rendre compte que même si le développeur ici ne prévoit pas d’extension, il arrive parfois que certain développeur se disent, ben voilà il y a de la place moi je vais aller mettre une éolienne en extension du parc de l’autre développeur concurrent, bon tout cela sera étudier mais en effet je pense qu’au niveau du raccordement ça me parait compliqué sauf peut-être s’il y a une augmentation de puissance d’aller rajouter des éoliennes en plus de celles-là.

Pascal François

Donc manifestement c’est un territoire que connait bien le développeur, le promoteur pour l’avoir étudié et remué en long et en large et en travers donc tout ce qui est proposé là c’est la situation maximalisée. Ok… Oui…

Michel Bletrix

Bonjour, Michel Bletrix, je suis de Foisches en France de l’autre côté, vous parler dans l’étude d’impact d’incidence d’un rayon de 5 km, on a un PNR, Parc régionale naturel Ardenne, et on a aussi des monuments historiques sur Foisches, je voulais savoir si ça a été pris en compte dans les études d’impact ?

Julien Otoul

Ça n’est pas encore pris en compte puisque l’étude n’est pas réalisée.

Pascal François

Mais effectivement, typiquement, on s’arrête en fait une seconde là-dessus, ce sont 2 situations particulières qui sont évoquées par monsieur, monsieur du bureau d’étude, Monsieur Otoul est là pour ça, c’est étudié ce qui ne connaîtrait pas déjà et est-ce que vous aviez connaissances de ces 2 situations particulières Monsieur Otoul

Julien Otoul

Ben non, euh je les découvre, en fait c’est bien que vous ayez fait cette remarque, de toute façon même si vous n’aviez pas fait la remarque ce soir, il faut savoir que l’étude d’incidence elle est réalisée dans un périmètre qui va jusque même 16-17 km en terme de visibilité d’impact vraiment visuel donc au niveau paysage et patrimoine  et donc par exemple au niveau des patrimoines exceptionnels classés UNESCO on va jusqu’à ce périmètre-là, 16 km environ, tout ce qui est patrimoine classé là, on va plutôt de l’ordre de 5 km mais donc tout ça ce sera bien pris en compte, on évalue l’impact du projet en France également et il y aura également un lot de photo montage depuis la France également.

Pascal François

Donc le fait que vous soyez Français ne vous inquiété pas, c’est quand même pris en compte.

Michel Bletrix

Parmi les animaux dont vous avez parlé, sur le site de l’autre côté de la frontière, le site de Charlemont, il y a les grands-ducs d’Europe, et sur le comment la Chaux, euh la colline de Chaux, il y a aussi un grand-duc d’Europe, donc c’est peut-être à prendre en compte pour voir son environnement.

Pascal François

A nouveau… ok… voilà pour ces situations qui sont portées au procès-verbal. Merci messieurs. D’autres questions, remarques, suggestions,… oui ?

Kévin Preillon

Quelle est l‘incidence sur la faune et la flore des champs magnétiques générés par les éoliennes ?

Julien Otoul

Alors, au niveau des champs électro magnétiques c’est assez faible. Il faut savoir que les champs électro magnétiques ça se réduit extrêmement vite par rapport, euh, quand on parle de champs électro magnétiques c’est principalement par rapport au câbles électriques, donc les câbles entre les éoliennes jusqu’à la cabine électrique du parc et puis de la cabine électrique jusqu’à Romedenne, jusqu’à la sous station. Donc le champ électro magnétique il est principalement dans ce raccordement électrique et il diminue extrêmement vite, euh donc si vous voyez les courbes du champ électro magnétique par rapport à une ligne électrique haute tension ou par rapport à un câble ça diminue très très vite, donc l’impact le plus important qu’on étudie c’est l’impact sur la population si le raccordement électrique passe au niveau d’une habitation, donc là on propose par exemple du blindage de câble si les niveaux ne sont pas respectés pour la population et puis après, ici j’ai bien noté votre remarque, ici on va prendre en compte l’effet du champ électro magnétique sur la faune et la flore mais c’est vrai que ce n’est pas très très étudié d’habitude dans les études d’incidence mais vous l’avez mentionné ce soir donc on va l’étudier aussi dans l’étude d’incidence.

Pascal François

Merci monsieur, merci pour votre docilité, pour la douceur de ces débats, ce n’est pas toujours comme ça partout je vous assure donc ça fait du bien, on profite de cette soirée de vos questions, de vos remarques pertinentes et énoncées dans le calme, donc encore merci pour ça. Oui…

Denis Minet 

Denis Minet de Niverlée, en 2008 quand il y avait déjà eu un premier projet, je sais qu’il y avait le problème de la base aérienne de Florennes mais on parlait également du centre de géophysique de Dourbes, quand est-il maintenant ?

Julien Otoul

Ce problème de Dourbes a été soulevé mais n’était pas contraignant, maintenant la principale contrainte venait de la base aérienne de Florennes.

Pascal François

Donc on en a connaissance mais sans contrainte, d’accord, ok… d’autres questions, remarques,… suggestions, oui, monsieur.

Claude Xhauflaire

Claude Xhauflaire Niverlée, donc je reviens un peu sur ma question de tout à l’heure, donc sur le lieu de l’implantation, il n’y en a pas d’autre dans la commune parce que je ne sais pas moi, euh au milieu des bois, à un endroit qui,… enfin je moi personnellement je vois au-dessus de Doische au-dessus des bois ça ne touche aucun village…

Jérôme Dumont

Le choix d’un emplacement il résulte de plusieurs contraintes, d’abord de pouvoir respecter des distances légales voire supérieures aux habitations ça c’est une imposition, donc on ne peut pas se placer n’importe où à partir où il y a des habitations proches ben on ne peut pas placer d’éoliennes, il faut qu’il y ait un raccordement électrique qui puisse transporter l’énergie qui sera produite, si les réseaux ne sont pas suffisamment solides, ne permettent pas de transporter l’énergie de 16 MW, ça ne vaut pas la peine de construire le réseau ne tiendra pas donc ça c’est une deuxième contrainte, il peut y avoir ensuite des contraintes d’ordre, voilà vous proposer de s’installer dans les bois, est-ce qu’aller s’installer dans les bois est une meilleure solution que d’aller s’installer dans les champs, la faune y est peut-être plus présente, en tout cas la faune avicole ou les chauves-souris donc c’est pas certain que ce soit une meilleure solution par exemple, donc la raison pour laquelle on propose un projet à cet endroit-là c’est parce que les conditions sont meilleures qu’ailleurs.

Pascal François

Mais vous avez raison monsieur sur le fait que maintenant on développe des projets en forêt, nous avons des projets du côté de Lierneux, il existe des projets qui se développent  maintenant autour ou dans les forêts mais voilà ici ce n’est pas le cas pour des raisons que l’on a évoquées.

Jérôme Dumont

Ça ne veut pas dire que d’autres projets ne peuvent pas se développer dans les bois que vous citez par exemple mais nous ne nous sommes pas intéressés à cette solution là parce qu’elle nous paraissait plus contraignante.

Julien Otoul

Peut-être une petite précision, dans l’étude d’incidence on fait un petit peu une évaluation des alternatives qui sont possibles dans un rayon de 10km et donc on va essayer de localiser les sites où on pourrait mettre d’autres projets éoliens dans un rayon de 10km. Donc il faut savoir que, pour revenir sur les bois et les forêts, donc le département nature et forêt, impose que les éoliennes peuvent être implantées dans les forêts à faible valeur biologique, ça veut dire que si on est dans une forêt feuillue ce n’est déjà pas possible, donc il faut des forêts résineuses qui sont sylvi… je vais y arriver, qui sont très intensive au niveau de la sylviculture. Donc vraiment de la grosse production de résineux purs et dures quoi.

Pascal François

Ok merci messieurs pour ces échanges, oui madame…

Sandrine Pascal

Pascal Sandrine de Niverlée, y-a-t-il prévu des retombées économiques pour la commune, pour l’entité de Doische ?

Pascal François

Bonne question qui arrive systématiquement dans ce genre de soirée, peut-être préciser qu’il y a des taxes déjà.

?

Non les taxes elles sont systématiquement refusées. Voilà

Pascal François

Ok merci monsieur.

?

C’est une position qui est claire, c’est une attitude qu’a prise le ministre Furlan à l’époque simplement pour simplifier la vie des communes, parce que différents montants circulaient donc il a pris une décision, tous les promoteurs vont contre, de toute manière ce que nous faisons tous systématiquement, c’est prendre des accords avec les communes, ce qui est plus agréables, de créer une coopérative et vous devoir autre chose donc un retour communale est prévu. Maintenant on a déjà des négociations…

Pascal François

Sous quelle forme par exemple, sans entrer peut-être dans les détails de la négociation, c’est quoi c’est des retombées garanties par mat pendant toute la durée d’exploitation du parc ?

?

Oui oui, il y a différentes formules mais je vois que la plus simple c’est une indemnité forfaitaire par mat plutôt que de faire ce que l’on avait envisagé il y a quelques années, une implication dans la rentabilité du projet, ce qui était parfois intéressant parfois moins, finalement la commune n’est pas demandeuse, enfin les communes ne le demandent pas et préfèrent avoir une indemnité fixées forfaitairement chaque année donc payable.

Pascal François

Donc pas la taxe mais plutôt une relation contractuelle, une convention avec la commune à négocier. D’accord, voilà comme ça vous savez… oui… messieurs s’il vous plait…

Jean Jacques Lambin

Oui Jean-Jacques Lambin, Beauraing, c’était pour prolonger un peu la question, c’était est-ce qu’il y avait une possibilité pour les habitants de participer financièrement au projet ?

Jérôme Dumont

A Amay, j’ai répondu, c’est un vieux débat, une coopérative je dirai que c’est un mouvement qui a pris il y a quelques années, aujourd’hui on a entendu dans la presse pas mal de soucis avec certaines coopératives, euh des problèmes relativement importants de perte, donc on préfère ne pas y aller, parce que aussi ce qui nous gêne, en tout cas moi personnellement, c’est qu’une coopérative elle amène des gens qui sont à 150km parfois du site, on considère toujours que la gêne entre guillemet d’un parc éolien, cette gêne elle doit être compensée financièrement auprès de la commune qui avec ça peut créer des crèches ou assouplir certaines mesures budgétaires plutôt que des coopératives. Alors pour finir sur la coopérative, d’expérience, il y a d’ailleurs un article dans l’écho de la bourse, ici il y a quelques jours, les coopératives proposent des retours de l’ordre de 6%, après un an elles viennent à 2% si elle paie, alors ce qui est le plus gênant, c’est que le moment où vous souhaitez sortir de votre engagement, on vous dit bien écoutez, vous avez 6 mois pour le faire, les 6 premiers mois, après les 6 mois vous devez attendre qu’un membre rentre et que ce membre apporte un montant qui permettra à la coopérative de vous rembourser donc sans aller dans le drame, c’est un peu la pyramide de Posy, qui est refaite dans les coopératives, elles ne sont pas toutes comme ça, mais voyez l’article des Echos de la bourse, il explique très bien quand même sans aller aussi droit que moi qu’il y a un soucis quand même sur les coopératives. Donc on préfère la commune.

Pascal François

Mais c’est vrai que chaque promoteur a une posture, ben voilà celle-ci est clairement entendue, et c’est vrai que dans la communication d’Elawan, si me rappelle bien, vous privilégiez les relations avec les communes et les territoires locaux, en « bypassant » effectivement la formule des coopératives, voilà c’est un postulat clair, net et précis qui est annoncé ce soir quoi. Merci, d’autres questions, remarques,… oui… le technicien…

Kévin Preillon

Donc Kévin Preillon, vous avez parlé qu’au niveau de la cabine à haute tension de Romedenne qui est un peu limitée au niveau de la puissance que vous pourrez réinstaurer sur le réseau, est-ce que ça pourrait bloquer les citoyens qui souhaiteraient dans le futur installer des panneaux photovoltaïques ou une autre production énergétique ?

Jérôme Dumont

Je crois que et sans m’engager pour Elia, il y a une obligation quand même de prendre dans d’autres endroits on se retrouve avec ce problème, on reporte notre possibilité d’injection lorsque la sous station n’a la capacité, on a un cas si l’AISEH où là on va devoir effectivement participer à la mise en place d’un transformateur de façon à pouvoir injecter donc effectivement il y a toujours un compromit à trouver donc je dis le premier contact on avait la possibilité d’injecter tout ce que l’on souhaitait entre temps les panneaux sont et ils ont réduit notre possibilité donc nous sommes en retrait.

Pascal François

Et clairement, c’est aussi une question qui doit faire partie du cahier des charges de l’étude d’incidence, que monsieur dit la crainte d’un certain nombre de citoyens ne puissent pas développer leurs solutions par ailleurs, vous étudier ça, ça fait partie du cahier des charges ?

Julien Otoul

Oui tout à fait, maintenant c’est vous l’avez dit on va l’étudier dans l’étude d’incidence ? Simplement pour rebondir là-dessus aussi, en générale ces situations sont assez rares parce que quand il y a du soleil il y a moins de vent et donc évidemment les éoliennes ne produisent pas, quand les éoliennes produisent en générale il y a moins de soleil et donc les panneaux photovoltaïques ne produisent pas, de plus les éoliennes sont maintenant de plus en plus raccordées en GFlex, donc c'est-à-dire que si la capacité est trop importante, que la production électrique est trop importante, ça peut arriver que Elia coupe en partie le réseau pour limité justement la production qui arrive au niveau des sous stations.

Pascal François

Merci pour cette échange technique, d’autres questions, remarques, suggestions,… sinon je vous rappelle que les questions que vous posez ce soir c’est important puisque on les consigne dans un procès-verbal donc tout ce que vous avez dit, demandé, suggéré, figure dans le procès-verbal mais si vous rentrez chez vous à tête reposée et que vous pensez à quelque chose que vous avez envie de consigner par écrit faites-le, n’hésitez pas, ça a beaucoup de sens de faire ça et de prolonger peut-être les réflexions de ce soir dans un écrit que vous adressez à la commune avec une copie au promoteur, je vous invite d’ailleurs à ne pas manquer cette voie d’expression qu’est la voie d’expression écrite, sinon on termine et on rentre chez soi à une heure raisonnable et je voudrai encore vous remercier pour vraiment,… ah vous voulez le mot de la fin, non,…

Benoit Minet

Est-ce qu’il y aura concurrence avec le projet de Vodelée ?

Jérôme Dumont

Ah le projet de Vodelée, je ne sais pas où il en est mais en effet, c’est un des projets que nous avions regardé à l’époque mais qui se situait encore plus proche que Doische, déjà à l’époque de la base de Florennes, donc nous sommes déjà dans la limite de la contrainte de Florennes donc Vodelée j’ai bien peur….

Benoit Minet

Apparemment, les contraintes sont pratiquement supprimées puisqu’il y a même un projet sur Surice ? Donc il se rapproche encore…

Jérôme Dumont

Euh oui je… attendez là oui effectivement, la force aérienne a toujours les même contraintes, je crois que maintenant c’est 12 km par rapport au radar, on a suivi ces projets, ces demandes, en fin on avait été informé par les fermiers qui habitent à proximité de l’antenne, on leur a expliqué clairement que ces projets n’avaient aucun avenir donc aujourd’hui on sait qui est là mais c’est plutôt une spéculation immobilière sur une disparition de Florennes donc c’est regrettable parce que ces gens bloquent des terrains pour des contrats de 5 ans ou 10 ans, le fermiers pour s’en sortir il y a une fenêtre de 4 jours, un contrat de 4 ans, il y 4 jours pour en sortir et s’est automatiquement reconduis donc ces sociétés on les connait, on peut donner les noms, mais c’est purement spéculatif. Parce que Florennes ne tolèrera jamais une implantation à l’antenne puisque le radar il est juste à la clairière juste au carrefour.

Benoit Minet

Sur Vodelée, les contrats sont déjà signés.

Jérôme Dumont

A Vodelée, les contrats c’est peut-être… euh Engie qui est retourné là-bas, ça nous l’avons entendu mais il a la même contrainte que nous des 12 km et il est en dessous des 12 km. Donc c’est de la pure spéculation en se disant qu’un jour peut-être que Florennes disparaitra, voilà.

Benoit Minet

J’ai bien compris votre position par rapport aux coopératives, mais seriez-vous ouvert à une discussion vis – vis d’une asbl citoyenne pour quand même dédommager les nuisances ?

Jérôme Dumont

Moi je crois, je reste convaincu que le meilleur retour pour vous c’est d’aller vers la commune, parce qu’une asbl citoyenne c’est un peu comme la coopérative on va retrouver quelques personnes qui possèdent de l’argent pour investir et les autres ne pourront pas y venir. Ça a toujours été un peu notre soucis, au départ les coopératives, les gens venaient de toute la Belgique, énormément de flamands à l’époque, j’ai rien contre les flamands mais c’était une coopérative qui à l’époque était déjà bien constituée, qui disposait de fond, et ils venaient partout prendre des participations ou tenter de le faire, donc aujourd’hui, en ce qui nous concerne, on reste convaincus que le meilleur cheminement point de vue retour pour la population, c’est la commune. Parce que la commune va recevoir de l’argent, je ne vais pas donner le montant mais avec ça elle peut dire, on facilite la création d’une crèche, faire des choses qui toucheront toutes les familles de l’entité.

Benoit Minet

De l’entité, de Doische, mais je pense que les gens qui habitent Soulme n’auront pas beaucoup de nuisances par rapport aux éoliennes de Niverlée, donc moi quand je parle d’une asbl citoyenne, je parle d’une asbl citoyenne de Niverlée avec des gens de Niverlée, parce que bon les contraintes… oui oui je vais lui en parler, parce que c’est la possibilité de faire 2 choses, parce que grosso modo je ne suis pas les confidences, mais je sors de l’école primaire de Gimnée, j’ai quand même apprit à compter vous parler de 7500 MW, donc ça fait 30 000  MW, 65€ de certificat vert par MW, 40€….

Jérôme Dumont

Vous avez les mauvais chiffres,… prenons ça comme base,

Benoit Minet

Je compte l’électricité à 40€, l’hiver elle était entre 300 et 400, en moyenne c’est 40 donc ça fait 105€ le MWfois 30 000 ça fait 3.150.000 €. Je pense que là-dedans il y a possibilité de faire un petit geste pour les… une asbl citoyenne de Niverlée.

Jérôme Dumont

Je ne veux pas rectifier le compte que vous venez de faire, à savoir si il est juste ou si il ne l’est pas, je ne sais pas si le prix du MWh est celui-là ou pas ou si le prix du certificat vert est celui-là… ce dont vous nous parlez aujourd’hui et vous n’êtes pas le seul à avoir levé cette question, c’est les participations, les retombées à la population, moi ce que je vois, c’est que ce qu’on vous propose d’implanter ici, on appelle ça une éolienne, c’est une entreprise. Si je vous proposais de venir installer au même endroit un élevage de poulet ou un élevage de porc, j’installerais, ce n’est pas pour marcher sur le terrain des agriculteurs, j’installerais une entreprise mais vous ne me proposeriez pas forcément des participations citoyennes ou des retombées, vous allez également voir les nuisances que ces installations pourraient créer mais vous n’allez pas enfin je pense ou je me trompe, vous n’allez pas proposer de participer avec une asbl ou avec des retombées pour la commune ou avec ceci ou cela, par contre ce qu’on vous explique ce soir, c’est que l’éolienne par rapport à d’autre type d’entreprise peut être une opportunité pour la commune parce que tout ce qu’on peut avoir comme retombées pour la commune vous ne l’auriez pas forcément dans le cadre d’une autre entreprise.

Pascal François

Par contre ce que vous demandez là pour prolonger peut-être un peu la réflexion et essayer d’accoucher de quelque chose de constructif, c’est peut-être à vous les citoyens de discuter avec l’autorité communale pour voir quelle affectation auront les fonds, les bénéfices générés par les mâts et pendant toute la durée de la vie d’un parc éolien, c’est plus une discussion entre les citoyens et la commune qu’entre le promoteur qui a donné sa position, elle est claire, elle est nette et précise, le promoteur dit nous voulons discuter avec la commune et on est pas pour une coopérative ou une autre forme d’association, à vous maintenant de discuter à un autre niveau de pouvoir avec la commune, mais je sens que vous n’êtes quand même pas tout à fait convaincu par ce que je dis.

Benoit Minet

Je reviens sur votre poulailler,…

Jérôme Dumont

Poulailler ou autre chose…

Benoit Minet

Non non attendez, je suis agriculteur j’ai des éoliennes qui sont à mon avis à 50m de chez moi, si vous les déplacez de 50m j’ai aucun problème de partager l’argent que je recevrais avec les citoyens de Niverlée, aucun problème.

Pascal François

Voilà il n’y a pas de question derrière c’est une remarque constructive, merci monsieur, mais en tout cas voilà, je vous invite à entamer un dialogue citoyen avec la commune puisque vous connaissez la position du promoteur. C’était le mot de la fin ? Ah non…

Bernard Scohy

Scohy Bernard, agriculteur à Niverlée, les éoliennes sont reliées entre elles je suppose ?

Jérôme Dumont

Par un raccordement électrique, euh oui euh, elles sont reliées…

Bernard Scohy

Vous allez en ligne droite où vous suivez la route ?

Jérôme Dumont

On suit les trajets les moins contraignants, c'est-à-dire, éviter de traverser les cultures, donc préférer suivre des bords de route pour pouvoir réaliser les câblages électriques d’une éolienne à l’autre, oui ..

Bernard Scohy

Donc vous n’allez pas de la première à la quatrième…

Jérôme Dumont

Ça c’est parfois fait mais il faudrait que les contraintes de suivre le bord de route soient supérieures à traverser un champs, ça pourrait s’imaginer,…

Bernard Scohy

Bon je ne sais pas vous traversez le champ ou vous suivez la route, vous allez d’une à l’autre par la route ou…

Jérôme Dumont

En général on va d’une à l’autre par la route oui.

Bernard Scohy

D’accord…

Jérôme Dumont

A partir du moment où on traverse des champs, on traverse des territoires privés, il faut avoir l’accord des gens, il faut avoir donc des propriétaires et il faut avoir le permis qui permet de le faire également.

Bernard Scohy

Ça va merci

Pascal François

Merci, oui…

Yvan Nicolas

Yvan Nicolas, de Matagne-la-Petite, moi ce qui m’intéresse c’est de parler du projet au tour de moi, et je voulais savoir si d’ici le 28 juin il y a un endroit où on peut trouver un dossier parce que ça c’est une feuille recto  verso, j’ai une bonne mémoire mais je ne saurais pas retenir tout ce qui a été dit aujourd’hui donc j’aimerai savoir où on peut consulter le projet, est-ce que c’est à la maison communale, est-ce que c’est sur un site internet de la société, enfin voilà parce que… j’ai envie d’invité des gens à s’informer et à réagir…

Jérôme Dumont

A la suite de cette réunion, désolé je vous ai coupé, vous n’aurez pas plus d’information donc on vous a donné le site, l’emplacement, notre façon de travailler, maintenant le bureau d’étude va valider ce que nous avons projeté donc il y aura peut-être des mouvements de machine, un déplacement mais aujourd’hui vous n’avez rien comme document à consulter.

Pascal François

Par contre ce qu’on peut faire, si vous êtes d’accord, pour donner quelque chose, c’est une coutume, ça se fait souvent, on peut peut-être donner la présentation de CSD et la vôtre à la commune pour qu’elle puisse la déposer sur son site si la commune est d’accord et sur le vôtre ?

Jérôme Dumont

Sur notre site, plus généralement c’est ce qu’on fait, on place sur notre site le contenu de la réunion, les présentations et tout ce que nous avons, ça vous permet de recadrer un peu.

Pascal François

Ok,…est-ce que la commune est d’accord pour qu’on puisse aussi transmettre les présentations de ce soir et les déposer sur le site de la commune ? Non… ok…

Jérôme Dumont

Ce que monsieur réclamait en fait ce sera disponible, puisque lorsque l’étude d’incidence sera réalisée donc à peu près dans un an, il y aura très probablement un permis qui sera déposé et lorsque le permis sera déposé, l’étude d’incidence sera disponible à la consultation dans les bureaux de la commune.

Pascal François

Parfait…

Dimitri Xhauflaire

Xhauflaire Dimitri, pour une question, donc je viens de Niverlée, j’aurai voulu savoir  si le projet se réalisait en combien de temps vous comptez œuvrer, finir le projet, combien de temps ça va nous embêter, les passages de camions, de véhicules, parce que c’est important aussi ça pollue l’atmosphère des villageois donc voilà, oui comme le bus…

Pascal François

Bon une petite dizaine d’années… non je plaisante,…

Jérôme Dumont

Avant l’obtention d’un hypothétique permis, il va au moins s’écouler 2 à 3 ans avant l’obtention hypothétique et ensuite une période de travaux, c’est 4 machines, ça … on peut parler peut-être de 3 mois de travaux de génie civile et ensuite de construction, ça prend 2 mois, ça prend allez on va dire, ça prend moins de 6 mois pour réaliser ce genre de chose, au moins 3 mois et pas plus de 6 mois…

Pascal François

Et dans la bouche d’un développeur, s’il dit si tout va bien, c'est-à-dire si pas de recours et en Wallonie des recours il y en a parfois pour ne pas dire souvent et un projet, c’est pas un long fleuve tranquille, ça peut très bien se passer de manière fluide comme ça peut très bien prendre un petit peu de temps. Voilà…

Fini ? Merci, et bien… oui monsieur merci pour cette autorisation… bien je voudrais encore vous remercier pour votre mobilisation et pour vos questions qui ont été nombreuses l’air de rien et puis je vous invite à prolonger votre réflexion par courrier si vous le souhaitez.

Remerciements

 

Doische, le 18 juin 2019.

Pour le Collège communal,

Le  Directeur général,                         Le Bourgmestre,

s) S. COLLARD                                    s) P. JACQUIEZ

Sous mots clés standards